États de pensée, états émotionnels

Thématiques de recherche - Etats de penséeUne pensée suspendra ou ralentira un geste, imprévisible elle arrêtera sur le champ une action, interrompra la régularité respiratoire et mettra en jeu (par exemple) une tension particulière dans tel ou tel groupe musculaire.

La recherche sur la théâtralité du mouvement a conduit tout particulièrement Yves Marc à s’intéresser aux états de pensée et aux états émotionnels, comme composants essentiels du jeu de l’acteur. Qu’en est-il donc pour l’acteur de mouvement et les implications corporelles de ces états ?

En 1994 autour du spectacle Siège, les acteurs du Théâtre du Mouvement, et à partir de 2001 le groupe Alba composé de jeunes professionnels du théâtre, de la danse et du mime sous la direction de Yves Marc, se sont intéressés à ces questions.
Il s’avère que chaque état émotionnel ou de pensée a une inscription corporelle profonde. Ils convoquent fortement les fondamentaux corporels tels que la respiration dans ses composantes rythmiques (musicales) et anatomiques (lieu respiratoire), le regard (focus, orientation, intensité), la tonicité (jeu des tensions, relâchements des muscles profonds), la posture, les autres contacts (dans leur rythmicité, leur dynamique et leur lieu).

Ces états peuvent altérer les actions quotidiennes, la marche, voire même tout mouvement en général. Une pensée suspendra ou ralentira un geste, imprévisible elle arrêtera sur le champ une action, interrompra la régularité respiratoire et mettra en jeu (par exemple) une tension particulière dans tel ou tel groupe musculaire. Le travail de recherche a conduit tout naturellement les acteurs à repérer la plus grande partie de ces manifestations corporelles au cours d’états de pensée (rêverie, pensée conflictuelle, obsession, chaos etc…) ou émotionnels (peur, joie, tristesse, colère, tendresse…) divers.

Ces signes corporels, la plupart du temps observables par un œil extérieur ont fait l’objet de véritables trainings pour l’acteur, une sorte de boîte à outils psycho-physique sensible où par la justesse du positionnement repéré des fondamentaux corporels l’acteur a accès à tel mode intérieur et psychologique émotionnel de pensée.

À partir de cette reconstruction à effet de réel, les recherches ont conduit les acteurs à une approche non réaliste et extra quotidienne de ces états dans un mouvement agrandi, un corps engagé et improbable, rejoignant à certains égards une forme d’abstraction lyrique, d’absurde ou de poésie gestuelle. Ce travail s’est prolongé dans le jeu de construction de personnages, dans une manière d’écriture musicale de la mouvance intérieure, dans une organisation sensible de ces états dans l’espace scénique, dans des jeux relationnels de contacts, de portés ou de manipulations.

Cette recherche a mis tout particulièrement l’accent sur le dialogue intérieur entre impression et expression nous rappelant si besoin était le caractère indissociable et simultané de ces deux versions du même phénomène :
Je vois un ours, je tremble, j’ai peur
Je vois un ours, j’ai peur, je tremble
Si je sais comment trembler, je connaîtrai mieux ma peur…

Compagnie ayant développé une démarche artistique sur la théâtralité du mouvement. Présentation des spectacles et des différents axes de recherche